Recommandé, 2021

Choix De L'Éditeur

Je me suis enfui de la mort pour la deuxième fois

Miriam Pielhau a couru un demi-marathon pendant une chimiothérapie. Elle voulait mener une "vie normale" malgré sa ferveur
Photo: Getty Images

Présentatrice télé Miriam Pielhau

Quand Miriam Pielhau a appris qu'elle avait un cancer du sein, elle n'avait que 33 ans. Un diagnostic de choc pour la jeune présentatrice de télévision ("Big Brother", RTL2), car elle se sentait en bonne santé, pratiquait un sport, prêtait attention à son alimentation. Dans NEW POST, elle raconte maintenant les moments les plus terribles de sa vie et comment elle a vaincu cette maladie mortelle.

La question la plus importante en premier - comment allez-vous?

Miriam Pielhau : Bien. Je me sens fort. Même si vous ne pouvez être sûr que dans cinq ans, le cancer ne reviendra pas.

Qu'est-ce qui vous a poussé à rendre public votre journal intime contre le cancer?

Miriam Pielhau : La plupart des biographies sur le cancer que j'ai lues étaient déprimantes. Je voulais écrire un livre qui donne de l'espoir. Parce que quand l'âme est préparée à se battre, le corps bouge.

Comment avez-vous remarqué que quelque chose n'allait pas?

Miriam Pielhau : En palpant la poitrine. Je suis allé chez le médecin qui m'a envoyé à la mammographie. Et puis ils ont découvert beaucoup de micro-chaux dans leurs seins, un précurseur du cancer. Puis sont venus les tests ...

Qu'avez-vous ressenti à propos de cette période d'incertitude?

Miriam Pielhau : J'étais emballée dans du coton. Je ne voulais pas l'admettre. Lorsque j'ai entendu le diagnostic "non bénin", je ne pouvais même pas penser au mot "cancer". C'est comme si l'âme voulait se protéger de cet accident psychique qui s'annonce.

Quelle a été la pire phase de la maladie?

Miriam Pielhau : C'était avant l'opération. J'ai ressenti la peur nue de la mort. C'est comme un sac de glace qui navigue dans le tissu. En même temps, l'un d'eux a l'air mauvais et noir maintenant. À ce moment-là, on ne vivra que quelques secondes.

Comment pourriez-vous surmonter cette peur?

Miriam Pielhau : En participant activement à ma maladie. J'ai rasé ma tête chauve avant que mes cheveux ne tombent en raison d'une chimiothérapie. Je ne voulais pas attendre passivement que la maladie m'ait fait quelque chose, mais prendre les choses en main.

... et c'est pourquoi vous avez couru un demi-marathon à Berlin pendant la chimiothérapie?

Miriam Pielhau : Je me suis littéralement échappée du destin. Et ceci pour la deuxième fois. En 2004, alors que j'étais en vacances en Thaïlande, j'étais presque submergé par le tsunami et courais pour ma vie.

Comment la maladie a-t-elle changé votre vie?

Miriam Pielhau : J'avais l'habitude d'avoir des journées quand j'étais le matin à Cologne, à midi à Berlin, le soir à Hambourg. Aujourd'hui, je n'aime rien avoir à faire.

Comment votre partenaire a-t-il réagi aux événements?

Miriam Pielhau : Il s'est toujours tenu à mes côtés. Bien que ce fût pire pour lui car il ne pouvait pas agir comme moi. Cela nous a encore rapprochés.

Envisagez-vous de fonder une famille?

Miriam Pielhau : Oui, ce serait très bien maintenant.

Catégories Populaires

Top